Blog
«L’homme numérique» au centre d’une conférence-débat à l’UK

«L’homme numérique» au centre d’une conférence-débat à l’UK

Une conférence sur le thème Virtualisation et nouvelles matérialisations du corps s’est déroulée le jeudi 27 juillet 2017, au campus sud de l’Université de Kara. Animée par Mme Kouméalo ANATE, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Lomé et en mission d’enseignement dans l’un des programmes de master de la FLESH, cette conférence a exploré la question des rapports de l’homme avec la technique. Des enseignants-chercheurs et étudiants ont assisté à la conférence, qui avait pour modérateur, M. Laré KANTCHOA, Maître de Conférences en Linguistique et responsable pédagogique du Master Lettres, Langues et Art.
Le monde est marqué aujourd’hui par une évolution croissante des nouvelles techniques de l’information et de la communication qui touchent à tous les domaines du quotidien de l’homme. L’ère du numérique induit de ce fait, de nouvelles réalités qui font entrer l’homme dans le monde du virtuel où le corps connaît une certaine mutation.
Partant des propos de Eric Lowen « le rapport que nous entretenons avec notre corps n’est jamais un rapport direct, simple et linéaire. Le corps ressenti est toujours ressenti à partir de ce que nous pensons du corps. Or, ce que nous pensons du corps n’est pas une production du corps mais culturelle, individuelle et subjective », Mme ANATE a fait savoir que ce que nous pensons et faisons de notre corps et du corps humain de manière générale, est intrinsèquement lié à ce qui est produit, à l’imaginaire de la culture numérique et à la subjectivité individuelle des usagers. Faisant allusion à "l’homme numérique" dont la vie est constamment envahie par les objets connectés et dont la vie est en permanence exposée, voire surexposée, volontairement ou non sur la toile et les réseaux sociaux,
la communication de Mme ANATE a connu trois temps forts. Elle a abordé dans un premier temps le concept de virtualisation apparu avec l’avènement des technologies de l’information et de la communication (TIC), ensuite elle a fait une analyse de quelques représentations du corps dans la société du numérique, et pour finir, elle a abordé la question de publicisation du corps.
Selon Mme ANATE, chaque fois qu’il est question de communication et de technique, le corps est nécessairement concerné. Pour cela, le corps face aux technologies numériques se présente comme un "corps augmenté" dans le cyberespace considéré comme le monde du virtuel. Cet espace virtuel permet d’obtenir une co-présence malgré la distance. De ce fait, l’univers du numérique impose d’une manière ou d’une autre de nouvelles réalités au corps. Ces nouvelles réalités présentent au même moment des avantages et des inconvénients. Aujourd’hui, grâce aux TIC le mode de vie semble se simplifier en facilitant les échanges entre les hommes. En matière de communication par exemple, la présence physique d’une personne n’est plus nécessaire dans une situation communicationnelle. « La culture du numérique comme toute culture a ses modèles et ses valeurs qui structurent l’être humain  dans son rapport à lui-même, aux autres individus, à l’espace et au temps », a affirmé la conférencière. Malheureusement, le constat qui est fait est que l’utilisation, parfois abusive des nouveaux outils de communication, à travers les réseaux sociaux et les plates-formes numériques de travail, porte atteinte à l’éthique du corps prônée par la culture et la religion, qui imposent la pudeur.  Pour Mme ANATE, la cyberculture avec son mythe de transparence et son modèle de réseaux, expose, publicise et sollicite l’attention constante d’autrui. « Parfois nous violons le territoire d’autrui en se transformant en journaliste-reporter d’images ou en voyeur de la mise en scène des corps en souffrance ou non », a-t-elle fait comprendre. 
Le débat ouvert à la suite de cette présentation a permis aux participants d’échanger avec la conférencière. Ces échanges ont porté essentiellement sur l’apport et l’usage des TIC dans le quotidien de l’homme. Pour cette partie, M. Komi KPATCHA, Maître de Conférences en Littérature française et M. Laré KANTCHOA, Maître de Conférences en Linguistique, ont tous deux apporté des contributions à la suite des propos de la conférencière, Mme ANATE. Parlant de la société numérique, M. KPATCHA a affirmé que « nous nous exposons beaucoup et nous n’avons pas une conscience vraiment suffisante de ce que notre représentation du corps peut nous valoir en bien ou en mal. ». Pour M. KANTCHOA, le monde est en pleine mutation et cette conférence participe bien à la formation et à l’édification de la personnalité de tout un chacun.
Saluant la tenue de cette conférence, les participants ont trouvé que le thème était assez original et intéressant. « C’est un thème d’actualité qui suscite un certain nombre de réflexions par rapport à l’utilisation des réseaux sociaux. Cette conférence vient élargir nos perspectives de recherche. Nous souhaitons que ces genres de conférences soient organisées régulièrement pour que nous puissions tirer profit de nos encadreurs », a suggéré M. Timibe NOTOUYOUR, étudiant en master de Linguistique. Selon Mlle Nadiya OURO-KPASSOUA, étudiante en master de Lettres Modernes, cette conférence est une ouverture d’esprit sur l’utilisation des outils numériques. Faire un bon usage de ces outils ne pourrait être que bénéfique pour nous. M. Akintim ETOKA, étudiant en master de Linguistique, a estimé que la communication de Mme ANATE permet de mieux appréhender l’outil numérique et de créer une identité responsable sur les réseaux sociaux.




Retour au blog

Commentaires


Laissez un commentaire